Catégories
INFOS DU DIOCESE PODCAST

De la Cathédrale Sainte Thérèse à la station de Sada

Partager cet article sur :

 244 ont lu cet article

L’année 2022 a succédé à l’année 2021 qui appartient désormais à l’histoire. Cette nouvelle année en effet est pleine d’espoirs pour tous les hommes sans distinction de religion ou de race. Afin de marquer une belle entrée dans la nouvelle année, les fidèles du Christ quant à eux étaient nombreux à prendre d’assaut les églises et les chapelles le 31 décembre et le 1er janvier pour l’action de grâce au Seigneur pour ses bienfaits pour l’année passée et se remettre à nouveau entre ses mains pour la nouvelle année.

Le diocèse de Sokodé n’est pas resté en marge de cette démarche spirituelle. En effet, Mgr Célestin-Marie GAOUA a présidé à la veillée à Paroisse Cathédrale Sainte Thérèse. En ce qui concerne la célébration du 1er jour de l’an où Marie est honorée par l’Eglise comme Mère de Dieu, il était à Sada, une station secondaire de la Paroisse Notre Dame de l’Assomption(Sokodé). Au cours de la veille du nouvel an, Mgr GAOUA a exhorté le peuple de Dieu à invoquer le nom de Jésus sur les minutes, les heures, les jours, les mois de l’année nouvelle 2022.

Homélie de Mgr Célestin-Marie GAOUA à la paroisse Cathédrale Sainte Thérèse

Dans ce même ordre d’idées, le prélat a lancé au cours de sa messe à Sada que les souhaits que nous adressons aux autres doivent passer par Dieu. Aussi, a-t-il ajouté que souhaiter bonne année à quelqu’un, c’est s’engager à travailler avec lui pour que cela arrive. Retenons que les célébrations de part et d’autre se sont bien déroulées dans la ferveur et le recueillement. En ce qui concerne la jeune communauté de Sada, elle était très heureuse d’accueillir le 1er jour de l’an l’évêque du diocèse. Dynamique et entreprenante, cette communauté chrétienne espère d’ici peu que ce passage du prélat les aidera à avoir un lieu de prière décent. Après les célébrations, les fidèles ont pu se réjouir avec leur pasteur. BONNE ANNEE 2022.

Homélie de Mgr Célestin-Marie GAOUA à la station secondaire de Sada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.